L’éléphant dans la pièce ….

V

ous suivez sans doute aussi bien que nous les actualités immobilières et un certain nombre de publications font mention d’une décroissance du marché immobilier. La SCHL prévoit maintenant un recul du marché canadien. D’autres articles, parfois un peu plus sensationnalistes, ont repris certaines nouvelles et ont gonflé un peu les choses.

Vous avez été nombreux à nous texter et nous écrire à l’annonce de ces nouvelles. Votre inquiétude est palpable et légitime. Personne n’a de boule de cristal et ne peut prétendre savoir exactement ce qui va se passer. Cela dit, nous sommes sur le terrain tous les jours, de plex en plex, de condo en condo, Starbuck ou slush Puppie (Orange !) à la main. Et nous sommes sceptiques à la lecture de ces articles puisque c’est tout le contraire que nous observons.

L’inventaire de propriété disponible n’a JAMAIS été aussi bas. Et le nombre d’acheteurs est toujours très élevé. Que se passe-t-il quand la demande est forte et que l’offre est basse (pour ceux qui se rappellent leur cours d’économie du secondaire 3 ou 4 ou whatever) ?

Les prix montent. Et c’est ce que nous observons actuellement. N’oublions pas que nous ne sommes pas dans un village, dans un coin reculé, mais bien à Montréal, l’une des villes les plus admirées au monde. Quelques observations concrètes : l’un de nos clients avait envisagé visiter 21 propriétés, dès le déconfinement. Résultat, nous avons pu en visiter qu’une seule puisque les 20 autres avaient reçu des offres d’achat pendant le confinement. Nous avons nous-mêmes vendu 3 propriétés SANS VISITES, SANS INSPECTIONS, SANS CONDITION… HolySh**** ! C’est particulier. La demande est forte à ce point. Toute la semaine, nous avons été en offres multiples sur toutes les offres d’achat que nous avons faites, signe que les actualités immobilières ne reflètent pas la réalité montréalaise (et les envions, dirions-nous).

Bref, nous observons une reprise de la croissance et des transactions immobilières. Après presque trois mois de confinement, nous avons l’impression que nous avons simplement appuyé sur « pause », puis le bouton « play » a été enfoncé, comme si rien ne s’était passé. Les prochains mois seront révélatifs de ce sentiment, pensons-nous. Enfin, quand nous comparons nos statistiques actuelles avec celles de l’année passée, nous accusons un retard de seulement 9%. Retard qui pourrait très bien être rattrapé avant la fin de l’année.

Voilà ! Alors, on peut enlever nos gilets de sauvetage et remettre nos lunettes de soleil parce que ça Rock à Montréal.

 

☕ Contactez-nous pour prendre un café virtuel et en jaser.

 

Votre chaleureuse équipe de LigneOrange. 🔥